Les faits papillon

novembre 3, 2009

Drôle d’époque.

Filed under: Uncategorized — lesfaitspapillon @ 9:56

Ce matin j’ouvre les yeux la tête pleine de regrets, pas le sourire, le thermomètre affiche à peine vingt degrés, j’sors de mon lit, soupire. C’est le début d’une de ces journées, celle où tu réussis a t’effrayer dans le miroir, attrape une chaussette blanche, une noire dans un fond d’tiroir, dix minutes plus tard j’manquerai d’peu d’finir ma nuit dans mon bol de chocapics, aujourd’hui, aucun motif mais j’suis déjà sûr de mettre à l’épreuve ma résistance émotive.

A l’abribus, une bande de jeunes me dévisagent, rien à voir avec le fait qu’j’sois mal rasé, pas l’temps d’envisager, j’pose mes fesses sur le quart de banc restant, la petite grand mère arrivée deux minutes trop tard tracera sa route en pestant, et pendant c’temps j’écarte les écouteurs qui déversent un flow de BPM dans mes tympans. Loin de moi la prétention de n’écouter que de la qualité, mais une chose est sûre, mes voisins d’banc sont en conflit avec la musicalité, les hauts parleurs de leurs portables saturent, pas de flow, pas d’instruments, aucune qualité d’écriture, une sorte de feuille blanche, au centre une grosse rature. Le bus arrive enfin, j’caresse l’espoir d’une place assise, en vain. J’remets mes écouteurs lassé par la discussion de 2 pseudos-bogoss-commercial, à vrai dire j’suis pas sur que vendre des volets aux p’tits vieux soit un boulot fiable, mais je jugerai pas en tant qu’étudiant à mi-temps sans emploi, on peut pas dire que ma situation soit stable. Ce n’est que trois arrêts plus tard qu’on rentrera dans le vif du sujet, bienvenue dans le quartier où on connait le mot « dépense« , mais pas celui de « budget« , j’me frotte les yeux, secoue la tête, j’ai l’impression de voir double, triple même, le sweat capuche facon collège américain c’est « sympa », mais je saisis pas pourquoi ils portent tous le même ? C’est à peu prés à ce moment précis qu’j’ai atterri, j’peux te dire qu’le choc m’a fait regretter Space Invaders sur Atari.

Mon arrivée sur le campus me fera esquisser le premier sourire de la journée, une bande de « sportifs » qui bombent le torse et rigolent une fois qu’t’as le dos tourné, se sentent obligés de s’étaler sur le passage piéton limitant mon passage, un coup d’épaule plus tard, j’trace ma route et eux s’excitent, j’suis pas sûr d’avoir saisis le message. Les bancs inconfortables de l’amphi’ ont pour avantage de stimuler l’inspiration, « Alors moi plus tard je serai…euh je serai… » bon d’accord l’avenir n’est pas encore dans mes aspirations. Aujourd’hui m’occupe déjà assez, ça m’empêche pas de penser à demain et de garder un pied dans l’passé, garder en tête celui que j’ai été et ce qui fait ce que je suis, toujours en décalage avec ce que beaucoup suivent, rien de volontaire mais la nécessité d’me démarquer, rien à foutre j’viendrai sapé en Père Noël au bal masqué.

Tout ceci n’est que mon avis, mon objectivité subjective, considère ça comme une fille moche dans une tenue suggestive. On vit sur la même planète mais on vit pas dans le même monde, et pas seulement depuis qu’les enfants sont élevés par les ondes. Et pour le dire, plutôt que la métaphore, j’use de l’exagération, à toi qui crois que Facebook réglera tes problèmes de locution, arrêtons d’sauver les baleines, sauve ton écriture, on frôle l’aberration. A toi qui comme les autres sont scotchés sur les rails, que tu les suives ou qu’tu t’les mettes dans l’nez, j’ai vraiment l’impression d’être en retard, ou en avance de quelques années, j’suis sous l’choc, putin j’me suis trompé d’époque !

Simon

Publicités

4 commentaires »

  1. « Les bancs inconfortables de l’amphi’ ont pour avantage de stimuler l’inspiration, “Alors moi plus tard je serai…euh je serai…” bon d’accord l’avenir n’est pas encore dans mes aspirations. Aujourd’hui m’occupe déjà assez, ça m’empêche pas de penser à demain et de garder un pied dans l’passé, garder en tête celui que j’ai été et ce qui fait ce que je suis »
    rien à dire. Ça m’avait tellement manqué.

    Commentaire par Marisa — novembre 3, 2009 @ 10:49 | Réponse

  2. Très juste, si souvent l’impression de vivre dans un autre monde sans comprendre les codes d’aujourdhui.
    Et quelle plume !

    Commentaire par Emy — novembre 4, 2009 @ 9:14 | Réponse

  3. Pareil quel kiffe on reconnait ton style mem si moins poetique que l’epoque skyblog

    Je me retrouve trop dans ton texte surtout la partie sur l’arret de bus…

    Commentaire par Marloune thewicked pour les vrais — novembre 7, 2009 @ 12:04 | Réponse

  4. Je pense que beaucoup de gens se reconnaitront dans ton texte.
    J’aime beaucoup le style .. déjà fan de ta plume après seulement quelques lignes, que veux-tu de plus ? ^^
    Moi qui trouvais que cela n’irait pas assez vite à regarder … Ba oui, il est vrai qu’il m’arrive de réviser parfois =p
    Maintenant, je pense que je vais prendre tout mon temps pour « savourer » tout cela =)
    Je repasserai à l’occasion, tu es le premier à être dans mes favoris … alors, heureux ? (a)

    Commentaire par Nao — novembre 8, 2009 @ 12:01 | Réponse


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :