Les faits papillon

mars 1, 2010

« Il est peu de plaies morales que la solitude ne guérisse. » – Honoré de Balzac

Filed under: Uncategorized — lesfaitspapillon @ 1:57

.

.

Toujours près des miens, sans jamais être vraiment des vôtres, peu importe ce que sera demain, quelque part j’aime croire que le monde est autre. D’un côté le sentiment d’appartenir, de l’autre celui d’être libre, le défi c’est d’mettre de l’eau dans son vin sans en perdre l’ivresse de vivre. Me retrouver seul est un moment qu’il m’arrive souvent de convoiter, la solitude n’est pas à fuir, elle est à apprivoiser. Beaucoup s’en plaigne, cherchant à tout prix à la combler, difficile de finir un puzzle si celui ci est incomplet. Je m’en suis accommodé, l’utilise à bon escient, il est plus facile de connaître le monde en se connaissant.


On répète souvent les même erreur, jusqu’à ce qu’enfin nous réalisions, difficile de bâtir la confiance sur une terre de trahison. J’me souviens ce qui a fait de nous des amis, une force pour que s’essouffle les effort de notre infortune, mais tous c’qu’on garde aujourd’hui en commun c’est l’simple fait qu’on vienne d’la même commune, si rien ne nous rapproche inutile de faire comme si, ca évitera encore une fois d’se retrouver sur le coccyx. Rester fidèle à soi même, difficile parfois de n’pas se détourner, surtout quand on attrape des crampes à tendre la main au dos tourné. Pourquoi mettre du cœur à l’ouvrage afin d’combler les vides, pour finir par avoir parfois trop courbé l’échine. La finalité n’est peut être pas l’essentiel, mais plus y parvenir en essayant de s’appliquer… le paradoxe de vivre simplement dans un monde compliqué.


Alors je ris de moi, de toi, du monde qui m’entoure, on pleure pour certaines raisons, heureusement qu’on peut rire de tout. Je ne gage pas à être connu, ni même à être apprécié, juste serrer le bonheur dans mes bras, pourquoi se suffire de le caresser. Laisser une trace avant d’être soustrait des autres, avant de disparaître, même si parfois perdu entre deux je, celui que je suis et celui que j’aspire à être. En retard sur mon époque, donc véritablement jamais à l’heure, un millier de raisons pour être ici, un million pour être ailleurs.



Simon

Publicités

2 commentaires »

  1. je comprends maintenant pourquoi tu m’as demandé l’album de OFX (« courber l’échine » ^^)!! mais sérieux très bon texte, bien réaliste et la vidéo qui concorde bien !!
    Peace

    Commentaire par Ben — mars 1, 2010 @ 4:41 | Réponse

  2. Probablement l’un des meilleurs textes que j’eusse eu l’occasion de lire sur les blogs. Sinon le plus vrai..

    Commentaire par Bab — mars 6, 2010 @ 12:23 | Réponse


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :